• Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

      

    Auvergne - GR 441 - dénivelé

     

     

    3 jours de randonnée le long du GR 441 de Volvic à Laschamps

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    La chaîne des Puys à travers les yeux d'Olivier apprenti MUL...

     

    Dimanche 9 aout :

     

    Nous sommes arrivés sur le parking de Volvic depuis deux jours mais des orages nous ont contraints d’attendre dans le confort (très) relatif de notre petite voiture. Certes, nous avons profité des nombreuses attractions d’Auvergne entre temps en visitant les églises de Volvic, d’Aydat et de Saint Nectaire, le château de Murol et la réserve naturelle de la vallée de Chaudefour que nous recommandons les jours de pluie (les hordes de touristes se dispersent quand la pluie tombe) et où au fil d’une balade vespérale, nous avons pu poser nos jumelles sur quatre chamois gambadant sur les cimes lointaines et dans la vallée, vu de l'eau ferrugineuse jaillir du sol.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Le cœur remplit du bonheur de toutes ces expériences émotionnelles et le corps meurtri par l’exiguïté de notre véhicule, nous vérifions notre sac histoire de nous assurer qu’avec 7 et 9 kilos, nous avons tout ce qu’il nous faut. Comme il se doit à Volvic, nous mettons nos chaussettes : d’abord la jambe gauche, toujours ! La chaussette, la chaussure ! Puis la jambe droite ! Et une gorgée de… Pardon, je m’égare.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Ma compagne est habituée aux randonnées MUL. Personnellement, c’est la première. Même la randonnée MULET, je ne connais pas.

     

    Il est 9 h00.

     La terre humide des orages de la veille, le ciel faussement menaçant car chargé de nuages baratineurs, la forêt nous accueille dès les premiers pas. Nous grimpons doucement, d’un pas rapide, le sourire aux lèvres, le bonheur encore inviolé par les douleurs aux pieds. Nous sommes accompagnés par le ballet incessant des coureurs et des vttistes. J’aurais pu dire le ballet agréable des bonjours souriants et sympathiques mais je suis très vite jaloux des musculatures façonnées aux pentes de montagne des sportifs auvergnats.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

     La pente est douce bien que destinée à nous amener rapidement trois cent mètres plus haut. Nous passons les Goulots, dernier point d’eau disponible avant longtemps. Une petite marche agréable au cœur d’une forêt verdoyante.Trop facile !?

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

      Mais l’Auvergne sait faire taire les présomptueux et très vite, nous découvrons des bonnes montées où peinent les cyclistes et où traînent les randonneurs. Un cycliste est arrêté et regarde, la larme à l’œil, le « faux plat ascendant auvergnat » face à lui : entièrement raviné par les pluies, glissant et quasiment vertical. Il prend soudain conscience que si le chemin piéton et le chemin vélo viennent de se séparer, ce n’est pas sans raison. Mais c’est ma raison à moi, pauvre breton habitué aux montagnes du massif armoricain qui manque de vaciller.

     Mais puisqu’il faut monter, alors lançons-nous sans attendre ! Sauf que la bêtise humaine nous impose au contraire la patience. Des motards descendent la piste, la bave dégoulinante de leurs mines réjouies de bourrins sans conscience. Pollution sonore, pollution de l’air et destruction des chemins ne semblent pas donner du sens à leurs yeux, à l’interdiction qu’ils bravent et qui, pourtant ne laissait aucun doute sur la nature contraventionnelle de leurs présences ici.

      Dès qu’ils sont passés, nous nous élançons en gonflant nos poumons de l’odeur d’essence détestable qu’ils nous laissent en cadeau. Au moins, de ceux-là, je ne saurais être jaloux tant madame peste contre leur stupide arrogance.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    En un temps que je ne saurais déterminer sans me laisser aller à l’exagération, nous finissons par vaincre cette première difficulté. Je suis fier comme Artaban. Quelques arpents de bois troublés par le son désagréable des motos et nous pénétrons la tourbière annoncée dans le topo-guide. Nous sommes au cœur d’un cratère phréatomagmatique (pour autant que l’initiation au volcanisme a été comprise) couvert d’une végétation abondante dominée par les orties.

     En bonne MUL, le pantalon léger ne protège qu’inefficacement des morsures urticantes de la végétation et j’avoue avoir encore du mal à reprendre mon souffle. Aussi, je ne prends pas tout de suite la mesure du côté incroyable de l’écosystème que je traverse. Un rapace beugle et joue à cache-cache avec moi, profitant à la fois de la couverture forestière des hauteurs du cratère et du contrejour. Je crois bien que « farouche » et « moqueur » sont deux caractéristiques fondamentales de l’avifaune auvergnate tant j’ai pu passer du temps à ne pas voir les oiseaux manifestement présents et actifs.

     Le propre d’un fond de cratère, c’est d’exiger une montée pour pouvoir en sortir. Elle n’est ni longue, ni compliquée et elle est ponctuée par la rencontre avec une souris grise. L’animal s’enfuit à la vitesse de l’escargot de la chanson et on peut l’observer assez longtemps pour un rongeur de cet acabit. Mais la bestiole est pudique et file dès qu’elle aperçoit l’ombre d’un appareil photo, interdisant le chouette cliché que madame s’apprêtait à faire.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Au sommet du Puy de Nugères, je prends une profonde inspiration histoire de reprendre sur le rappel cuisant de toutes ces années sans activité physique. Nous descendons vers le Col de Nugères. La descente n’est sans doute pas terrible mais le chemin est abîmé par les pluies et je ne sais pas encore descendre sur des pentes aussi raides. Aussi à chaque pas, c’est presque 140 kilos (bonhomme + matériel) qui s’écrasent sur chaque cuisse. J’ai peur pour mes genoux fatigués mais l’entraînement de l’année passée a musclé les jambes et seules les cuisses souffrent.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Il faut reprendre l’ascension au-delà du col. Nous passons sous le Puy de Tenuzet et nous arrêtons au pied d’une imposante montée. C’est l’heure de manger un peu. L’erreur est funeste parce qu’au moment du départ, grimper n’en semblera que plus dur. Nous sortons le saucisson au bœuf et les amandes. La récompense est belle. Mais la dépense pour digérer et nous élancer à l’assaut de la côte de concert, n’en sera que plus terrible.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

     La montée semble interminable mais conduit à un lieu de très grande beauté : le Puy de Jume. C’est aussi un cratère phréatomagmatique (même prévention que précédemment) de pâtures et de bruyères. Le paysage s’ouvre sur la plaine de la Limagne. Le moment est à l’enchantement mâtiné de fatigue.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Il faut néanmoins continuer à travers les bois secs et noueux qui séparent la montagne de son voisin immédiat, le Puy de la Coquille. C’est l’heure de la première pause à la fois nécessaire et incontournable de l’après-midi. Les cuisses endolories n’interdisent pas l’émerveillement. Au contraire, sans doute ! Comme ailleurs, comme toujours, les oiseaux se cachent pour chanter. Malgré la végétation basse et les arbustes, ils parviennent à échapper à mon regard acéré. Je peste de ces volatiles et de leurs ruses.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Nous ne le savons pas encore mais le plus dur de notre randonnée est déjà derrière nous. Les forêts qui suivent, maintiennent la pression sur le randonneur débutant que je suis avec des changements de rythme incessants et nous longeons tour à tour le Puy de Clermont et le Puy de Chopine. Nous franchissons une clôture au pied du Puy de la Goutte en escaladant une petite échelle et entrons dans une zone de pâture aménagée d’une façon très plaisante.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Il est temps d’une seconde pause postprandiale (si vous me permettez cet adjectif prétentieux). Elle va durer assez longtemps mais est-ce grave quand on est dans un lieu magnifique avec la femme qu’on aime ? Et qu’on a mal aux jambes ?

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Attention, le soir approche. Il va falloir trouver quelque chose ! Nous grimpons jusqu’en haut du Puy de la Goutte et découvrons le Puy de Dôme au loin, majestueux mais harcelé par des nuages mesquins qui s’accrochent à son chef sans vergogne. Notre regard s’attarde aussi sur le petit train de Vulcania qui semble poursuivre une horde de visiteurs à pied.

     

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Il faut descendre. Ayant compris que descendre brusquement a pour mes cuisses, l’effet d’une torture au maillet de charpentier, je me lance dans des plantés de bâton et une descente amusante en zig-zag. La forêt est humide et certains emplacements pas trop inintéressants sont gâchés par le papier toilette qui semble pousser ici telle une plante invasive.

     Nous parvenons en bas, à la sortie du terrain privé, où l’escalier de bois permet de franchir la clôture de barbelés. Apparemment heureux de notre incarcération en terres ovines, nous plantons la TARP juste à côté de ce fameux escalier. C’était un terrain appréciable à bien des égards mais légèrement en pente, ce qui provoque un glissement régulier tout au long de la nuit et des douleurs musculaires et articulaires, tout à fait dispensables a posteriori.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Mais nous n’en sommes pas encore au sommeil voulu réparateur. Nous voilà à l’entrée de la forêt communale de Chanat la Mouteyre. Les oiseaux reprennent de plus belle, leur curieuse manie de se placer toujours à contrejour. Maudits passereaux, ce soir, vous serez dépossédés de la gloire d’être observés par un milan royal planant comme le dauphin d’Auvergne au faîte de sa puissance.

    Au milieu de la nuit, réveil en sursaut… Enfin le sursaut est inachevé, une douleur aiguë au bas du dos m’obligeant à considérer une manière plus mesurée de marquer ma surprise. Voilà qu’on grogne et qu’on remue, juste au-delà de la clôture protectrice. Est-ce donc un sanglier ? Aussi probable qu’impressionnant, nous ne verrons cependant rien du tout (la lune est nouvelle) et ne pourrons nous en assurer. Le mammifère auvergnat partage le goût de l’oiseau auvergnat pour la discrétion railleuse.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Lundi 10 aout :

     

    Au matin, nous constatons notre erreur : l’eau vient à nous manquer. Deux litres d’eau chacun pour boire, préparer la semoule roborative et nous laver les dents, c’est très insuffisant et comme la pierre volcanique absorbe l’eau aussi vite qu’elle pleut, nous n’avons pas trouvé de ravitaillement. Et il n’y en aura pas avant longtemps.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     Nous renonçons au café du matin (ce qu’il ne faut pas sacrifier pour une marche heureuse en amoureux !). Et nous partons d’un pas rapide malgré un corps empoisonné par les toxines de l’effort mal hydraté.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

     Nous découvrons que par rapport aux documents que nous avons, le tracé du GR 441 a dû être modifié à un moment ou un autre. Une pancarte indique néanmoins l’ancien tracé en précisant HGR. Nous nous lançons à travers une très belle forêt dont la platitude est très appréciable pour se remettre des nombreuses difficultés de la veille.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Mais voilà, au premier point d’eau indiqué sur notre carte, nous ne trouvons qu’un cénotaphe de béton et de métal interdisant l’accès à la précieuse ressource. Il faut prendre une décision rapidement sous l’œil inquiet d’une mésange noire ayant oublié de se cacher. Nous suivons la départementale en direction de Vulcania. Avons-nous osé nous moquer de son petit train hier ? Voilà qu’aujourd’hui, nous espérons y trouver de l’eau !

     Le parc à thème n’est pas rancunier et nous ouvre les portes de ses toilettes publiques. Le détour n’aura pas été vain, d’autant que nous sommes accueillis par des nuées de sympathiques rouges-queues noirs virevoltant dans les gros rochers qui en décorent l’entrée. C’est l’heure d’un café revigorant et d’un peu de vaisselle.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Nous avons de l’eau et des jambes de 20 ans. Et face à nous, s’étend une forêt de plaine et un chemin censé serpenter entre le Puy de Fraisse, le Puy de Côme et le Grand Suchet. Que demander de plus, nous allons pouvoir marcher longtemps et au rythme qui nous plaira. C’est très agréable d’autant qu’honnêtement, la forêt au pied du Puy de Côme mérite les efforts entrepris. C’est beau, c’est surprenant, c’est frais, c’est propice à la rêverie et à l’imaginaire et c’est générateur de plein de frustrations ornithologiques (aucune forêt n’est parfaite).

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Nous pensions mettre trois jours pour arriver au Puy de Dôme mais je dois avoir l’inconscient bravache et désireux de plaire à ma belle puisque nous sommes avant midi au pied de la montagne sacrée ou de la sacrée montagne selon qu’on soit romain ou piètre marcheur. Une fauvette à tête noire nous souhaite la bienvenue ; des vaches salers nous regardent avec toute l’intelligence bovine dont cette noble bête est capable.

     Je me permets de faire une petite digression culturelle en racontant la légende des vaches salers. Autrefois, la chaîne des puys abritait nombre d’êtres féeriques qui, malgré le froid terrible qui fait la réputation des stations de sport d’hiver du pays, aimaient à se promener sans vêtements. L’évêque de Clermont vint les menacer d’une terrible malédiction s’ils ne changeaient d’habitude. Mais rien n’y fit et il lança son sortilège en les transformant en vaches. Les vaches salers auraient ainsi été, autrefois, les fées salers…

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Le temps de rire de cette admirable blague, nous avions déjà gravi la moitié du Puy. Le visage en sueur, je comptais les marches comme tout le monde et comme tout le monde, j’avais déjà perdu le compte depuis longtemps.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Mais les grands corbeaux m’encourageaient de leurs chants rauques et à chaque pas que je faisais, je voyais les yeux plein de fierté de mon amour se poser sur la rougeur de mon visage bouffi de chaleur. Nous sommes parvenus au sommet pour découvrir une masse de gens impressionnante et profiter de nos efforts pour nous permettre l’orgueil de nous sentir un peu différents.

    Temple de Mercure : Bien que la température ait évolué dans la journée, la hauteur des colonnes du temple n'a pas du tout changé... Pour un temple de Mercure ?!

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Nous n’avons rien bouiné de l’après-midi, entre cartes postales, dégustation de saucisson au bœuf et doigts de pieds en éventail, attendant les premières fraîcheurs crépusculaires pour nous lancer sur le chemin des muletiers et des enfants qui courent dans les descentes (que la chose est stressante). Toute douleur semblait m’avoir abandonné. Elles me suivaient alors de près mais avaient appris auprès des oiseaux de la région à rester hors de ma vue.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Nous avons traversé d’admirables forêts infestées de moustiques et humides comme une serpillère au fond d’un seau. Nous avons donc continué notre chemin jusqu’à Laschamps avant de nous coucher dans une pâture ouverte à proximité des premières maisons. Le champ se trouve entre deux forêts et nous avons tout de suite compris, aux cris d’alerte des oiseaux à la lisière, que ces bois n’étaient pas déserts.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Nous avons passé une deuxième nuit avec la certitude non confirmée que des sangliers nous observaient. A un moment dans la nuit, j’ai été réveillé par le bruit assourdissant d’une bête gigantesque qui arrachait l’herbe de ses dents acérées. J’ai guetté, longuement, entendant la mastication tonitruante mais ne voyant rien. Jusqu’à ce que, sorti de mon sommeil réminiscent, je comprenne qu’un campagnol avait choisi l’herbe près de mon oreille sans doute meilleure qu’une autre.

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Mardi 11 aout

     

     Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

    Voilà, notre petit périple est fini. Nous sommes restés deux jours de plus mais ça n’était pas pour continuer sur le GR 441. Nous sommes rentrés en stop de Laschamps à Volvic. Trois tous petits jours, pour une expérience avec cette randonneuse que j’aime. Je ne saurais conclure autrement que par « Quelle magnifique expérience ! » et bien sûr « Quelle magnifique randonneuse ! »

     

    Auvergne - GR 441 - La chaîne des Puys - 3 jours

     

    Récit écrit par Olivier  

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :